skip to Main Content

La diversité au travail

Une enquête auprès de plus de 500 membres du secteur artistique britannique suggère que le secteur est « en profond désaccord quant à la meilleure façon d’améliorer la diversité de ses effectifs ».

La bonne nouvelle est que 83 % des répondant(e)s se sont dit fortement engagé(e)s à améliorer la diversité en milieu de travail. Cela dit, le chemin pour s’y rendre ne fait pas l’objet de consensus.

Un important obstacle pourrait être « le manque de diversité dans le bassin de candidat(e)s postulant », selon 61 % des personnes interrogées.

Alors que la plupart s’entendaient sur le fait que la haute direction ne faisait pas obstacle à la diversité, 28 % des répondant(e)s subalternes ont attribué à leurs supérieurs une part de responsabilité. Seulement 8 % de la haute direction a par ailleurs accepté une part de responsabilité.

En ce qui concerne les meilleurs moyens d’accroître la diversité, plus de huit répondant(e)s sur dix ont favorisé le perfectionnement des compétences, les initiatives ciblées à l’échelle organisationnelle et les mesures visant à encourager la diversité chez la relève. On constate cependant un bien moindre consensus à l’égard des méthodes de pénalité, de quotas ou de dénonciations et condamnations publiques.

Les quotas ont reçu l’appui de 25 % des répondant(e)s seulement. Cela dit, 45 % de répondant(e)s se disant faire partie d’un groupe minoritaire y étaient favorables.

Certain(e)s ont qualifié les quotas de méthode « simpliste » conduisant à « la méfiance et au ressentiment des deux côtés ». D’autres répondant(e)s ont par ailleurs proposé « qu’un outil maladroit comme [les quotas] pourrait être nécessaire pour faire bouger les choses ».

Source.
Rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top