skip to Main Content

Besoins en assurance pour les consultants

JERRY SMITH, Young Associates |

Arts Consultants Canada/Consultants canadiens en arts (ACCA) a récemment réalisé une enquête auprès de ses membres pour évaluer le niveau de sensibilisation et de compréhension de deux besoins en assurance – l’assurance responsabilité des administrateurs et dirigeants ainsi que l’assurance responsabilité professionnelle. Avec un taux de réponse de 25 %, quelque 80 % des participants se disaient membre de l’ACCA – actuel, éventuel ou ancien – alors que bon nombre des autres (18 %) appuyaient activement le secteur (p. ex. bailleurs de fonds).

On a demandé aux participants à quelle fréquence leurs clients leur demandaient conseil à propos de l’assurance responsabilité des administrateurs et des dirigeants. Il s’avère que 80 % des clients membres d’un conseil d’administration les interrogeaient (« souvent » et « occasionnellement »), un taux qui correspondait à 72 % pour le personnel. Cependant, les consultants ne se sentaient pas nécessairement très à l’aise de répondre à ces questions (50 % se sentaient moyennement compétents et 42 % peu compétents). Moins d’une personne interrogée sur quatre bénéficiait d’une compréhension approfondie des circonstances où les dirigeants et les organisations à but non lucratif s’exposent à une responsabilité personnelle.

L’assurance responsabilité professionnelle a donné lieu à des résultats similaires : aussi appelée « assurance erreurs et omissions », elle offre une protection contre les éventuelles plaintes issues d’actes de négligence professionnelle. Moins d’un participant sur dix a dit avoir une compréhension approfondie de la question tandis que la majorité avait une compréhension « moyenne » (56 %) ou « faible » (35 %). La grande majorité des personnes interrogées ont dit avoir recours à un contrat ou à une lettre d’entente (57 % « toujours » et 36 % « normalement »), ce qui est un excellent début, mais ne suffit pas à atténuer les risques. Près de la moitié des consultants (46 %) ont déjà été appelés à présenter à leurs clients une preuve de leur assurance responsabilité professionnelle. Par ailleurs, plus d’un tiers des consultants (35 %) ont déjà, par le passé, décidé de ne pas soumettre une proposition de contrat parce qu’ils n’avaient pas d’assurance responsabilité professionnelle.

Selon Steve Beatty, président de CultureONE, « Ceux qui en sont capables créent. Les autres assurent. » C’est ce que 25 ans d’expérience dans l’assurance du secteur des arts et du spectacle lui ont appris. « Nous aimons les arts, son effervescence, sa créativité et sa passion. Mais nous savons que le monde créatif comporte de nombreux risques, dont certains sont prévisibles et d’autres moins. CultureONE se spécialise dans la gestion des risques propres aux professionnels des arts et aux organisations artistiques. Nos programmes sont faits pour vous et conçus pour vous aider à vous protéger de tout imprévu. Assurer le secteur des arts est notre seule occupation. »

Back To Top